Écriture

Des textes courts, au format chanson puis de plus en plus déstructurés, libres, prenant la forme du contenu, du rythme, utilisant l’espace de la page ou de l’écran, jouant avec les blancs, les silences.
Depuis 1992, je propose des textes qui, pour une grande partie, sont mis en musique et depuis 2001 mis en percussion pour mon projet Numero h.
À partir de 2010, certains d’entre eux paraissent dans une série de recueils de poésie, sur certains blogs ou sites d’auteurs et d’autres figurent dans des éditions réalisées en lien avec un projet ou une résidence auxquels j’ai participé.
Il y est question de géographie bousculée, abstraite, de mouvement, de vide et certainement d’autres choses.

       Tous les peuples que l’on ne connaît pas ...
 

 

 1/100ème,  1/25 000ème,  1/150 000ème, 1/500 000ème
 
 A l’ombre dans un coin.
 Local, local. 
 
 Pas d’impasse.
 
 Les conductions nous amènent à … se laisser porter vers … Ne peut pas s’imaginer. 
 
 Le tout prés de nous souvent méconnu de nous.
 
 Chacun dans un coin.
 
 Au microscope s’ouvrent des géants, de nouvelles formes, des déserts d’1 pouce. 
 
 Les petits pays délimités, ouverts. 
 
 Un point de reconnaissance, un point de rencontre. Des kilomètres dégustés, nous sommes déjà passés par là. 
 
 Le bouche à oreille.
 
 Chacun dans son coin.
 
 Ce dont on a jamais entendu parler …
 
 Les génériques remplis de noms 
 qu’on ne lit pas.
 
 Une collection.
 
 Ce qui se bricole dans un coin. 
 
 Ça, je ne peux pas le louper !
 

 Nous ne sommes pas seuls dans les croisements. Un œil ouvert, ce regard là et l’autre jeté par dessus tout. Distinguer les scolopendres. S’évader. Au propre et au figuré. Se perdre, tomber nez à nez. 
 A jamais, les bêtises de Cambrai.
 
 Dans le recoin de chacun il s’en passe, il s’en refile. 
 Différentes lectures éveillent nos assoupissements.
 


 Les langues parlées  
 les langues tirées 
 les langues pendues
 les langues déliées 
 les bouches cousues
 les langues de terre
 les bouches bées
 …
 
 les langues entamées
 les langues fendues
 les langues mordues
 les langues mangées
 les langues avalées
 les langues détournées
 les langues tournées
 les langues bavardes
 les langues déformées
 les langues massacrées 
 les langues interminablement bavardes
 les langues fourchues
 les langues salées
 les langues dites
 les langues de poche
 les langues dans la poche
 les langues fainéantes
 les langues consternantes
 les langues méfiantes
 les langues effilées
 les langues qui languissent
 les langues de cœur
 les langues surprenantes
 les langues polies
 les langues polies
 les langues rêches
 les langues aiguisées
 les langues souples
 les langues du coin
 les langues dures
 les langues par terre
 les langues que l’on ne comprend pas
 les langues à l’autre bout
 les mauvaises langues
 les langues qui se cherchent 
 les langues à proprement parler
 les grandes langues.